[Article] L’exposition « Turkménistan d’hier et d’aujourd’hui » à Achgabat

Du 24 février au 17 mars 2018, l’Institut français du Turkménistan (IFT) accueillait l’exposition de photographies « Turkménistan d’hier et d’aujourd’hui ». L’exposition présentait en parallèle les photos réalisées en 1890 par le photographe français Paul Nadar et celles, contemporaines, du photographe turkmène Muhammet Amanmamedov.

Voir l’article du site Orient.tm (en anglais) sur l’exposition.

Les photographies de Paul Nadar ont été éditées en 2007 aux Editions du Patrimoine.

 

1890 : Paul Nadar au Turkestan
En 1890, Paul Nadar, le fils du célèbre photographe Félix Nadar, entreprend un périple qui le mène de Constantinople à Tachkent, en passant par le Caucase et le Turkménistan actuel. Empruntant la ligne ferroviaire du transcaspien, héritière de la route de la soie, il documente son voyage de plusieurs centaines de photos. Ce témoignage unique, qui montre une fascination pour un Orient souvent fantasmé, ses peuples fiers et sa culture millénaire, nous permet de découvrir un Turkménistan insolite.

Le Turkménistan de Muhammet Amanmamedov
Vallées verdoyantes, canyons, lacs et champs de coquelicots, les photographies de Muhammet Amanmamedov nous dévoilent un Turkménistan inattendu, bien loin du désert du Karakoum et des clichés auxquels le pays est souvent réduit.
Mais à côté de ces paysages magnifiques, le photographe n’en oublie pas pour autant l’humain. Plutôt que les splendeurs de la ville blanche, Muhammet Amanmamedov s’attache à documenter la vie des campagnes, où modernité et tradition se côtoient, où motos et dromadaires vivent en bon voisinage.

Conférence de Gabriel Béra : « Tadjikistan : étude du risque de rupture du barrage Usoï » le 22 mars 2018

Tadjikistan barreDe retour d’une mission de 4 mois au Tadjikistan, Gabriel Béra parlera de son  étude sur le barrage Usoï, situé dans le massif du Pamir et considéré comme le plus grand barrage naturel au monde. Le risque actuel de rupture du barrage Usoï fait peser la menace d’une catastrophe naturelle majeure sur les vallées situées en aval.

Gabriel Béra est étudiant en géographie, Master sur les risques environnementaux de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et en anthropologie à l’université de Paris 10 Paris-Nanterre.

Jeudi 22 mars 2018 à 17h30 (nouvel horaire) – Maison des Associations, 4 rue Amélie, 75007 PARIS

Contact et inscriptions :

Christian BOURDEILLE – Président de France-Turkménistan
06 43 95 53 18
christian.bourdeille (a) gmail.com