Le Turkménistan se prépare à une sècheresse plus grave que celle de 2018

Le Turkménistan risque de connaitre une sècheresse encore plus grave que celle qu’il a connu en 2018, l’année où le manque extrême en eau a été observé au sud, à l’est et au nord du pays et a entraîné des pertes considérables de récoltes de riz et de blé. Cette pénurie risque par ailleurs d’affecter les pays voisins, l’Ouzbékistan, le Kirghizstan et le Tadjikistan, en raison de la dépendance de l’ensemble de la région des volumes d’eau dans ses fleuves principaux, l’Amou-Daria et le Syr-Daria. 

Voir l’article sur NOVASTAN : https://novastan.org/fr/turkmenistan/le-turkmenistan-se-prepare-a-une-secheresse-plus-grave-que-celle-de-2018/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s