Le Turkménistan, leader des exportations de gaz vers la Chine.


Selon Interfax et les statistiques des douanes chinoises, le gazoduc turkmène reste au 2ème trimestre 2021 reste le numéro un en terme de volume de gaz exporté vers la Chine. Le Turkménistan continue de conserver une position leader dans ce domaine.
En avril 2021, la Chine a acheté environ 4,2 milliards de mètres cubes, dont près de 2,6 milliards de mètres cubes de gaz en provenance du Turkménistan. Parmi les autres pays fournisseurs se trouvent la Russie (487 mètres cubes), le Kazakhstan (617 millions de mètres cubes), le Myanmar (318 millions de mètres cubes) ainsi que l’Ouzbékistan (229 millions de mètres cubes).
Dans le même temps, malgré une hausse des prix au 2ème trimestre 2021 (jusqu’à 148 dollars les 1 000 mètres cubes), le « l’or bleu » de Russie reste le plus abordable. D’autres exportateurs ont exporté leur gaz à des prix plus élevés, comme le Turkménistan – 216 $, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan – 179 $, et le Myanmar – 347 $.
Source : interfax.ru, photo : turkmenistan.gov.tm

https://arzuw.news/turkmenistan-uderzhivaet-liderstvo-po-jeksportu-truboprovodnogo-gaza-v-kitaj

Un seul avion Su-25 « Scorpion » exporté par la Géorgie au Turkménistan !

Entré en service au sein des forces soviétiques au début des années 1980, la production de l’avion d’attaque Su-25 fut confiée à l’usine aéronautique de Tbilissi, en Géorgie (TAM – Tbilisi Aircraft Manufacturing). 

Le modèle de base Su-25 a été décliné en une variante d’exportation commerciale, connue sous le nom de Su-25K (Komercheskiy). Cette version réservée à l’exportation différait de la version de l’armée de l’air soviétique par certains détails concernant l’équipement interne. 

En 2001, un prototype du Su-25K a été modernisé par l’entreprise aéronautique géorgienne de Tbilissi (TAM) en collaboration avec la société israélienne Elbit Systems. Ce Su-25K modernisé a été baptisé Su-25 KM (Kommercheskiy Modernizirovannyy) ou Su-25 « Scorpion ». Doté d’une avionique moderne, cet appareil était surtout compatible avec les standards de l’OTAN. 

Le prototype du Su-25KM fit son premier vol d’essai en avril 2001. Néanmoins, cette initiative fut loin de remporter le succès escompté à l’export puisqu’un seul exemplaire du Su-25 Scorpion a été livré au Turkménistan en 2004 en guise de paiement d’une dette gazière. 

Ce programme aura largement été contraint par les pressions exercées par Moscou. Depuis le conflit russo-géorgien de 2008 qui a vu la Géorgie perde le contrôle des deux régions séparatistes de l’Ossétie du sud et de l’Abkhazie, Tbilissi demeure en effet sous embargo russe. Ce dernier lui empêche notamment de se fournir en pièces détachées auprès de Moscou, ce qui complique les programmes de modernisation que la Géorgie entreprend sur des appareils de conception soviétique. 

La conception du Su-25 a été stoppée à la fin de l’année 2010. A cette époque, 12 Scorpions avaient été produits. Néanmoins, les forces aériennes géorgiennes n’ont jamais cessé d’utiliser les versions classiques des Su-25. La version Scorpion était d’une part trop couteuse et d’autre part réservée à l’exportation. 

Par : Eugénie DAVI 

Le Turkménistan et l’Afghanistan désirent renforcer leurs relations commerciales et ferroviaires

https://caspiannews.com/news-detail/turkmen-afghan-ministers-keen-to-strengthen-railway-trade-ties-2021-6-7-0/

Les ministres des Affaires étrangères turkmène et afghan ont convenu d’étendre la coopération bilatérale dans les domaines ferroviaire, commercial du marbre et énergétique.

Le ministre afghan des Affaires étrangères Mohammad Haneef Atmar et son homologue turkmène Rashid Meredow se sont rencontrés le 5 juin dans la province afghane occidentale de Herat pour discuter de divers projets. La réunion a porté sur des initiatives telles que le TAPI, un gazoduc qui transporterait le gaz naturel du Turkménistan vers le Pakistan et l’Inde via l’Afghanistan, et la route de transit du Lapis Lazuli reliant l’Afghanistan à la Turquie et à l’Europe via le Turkménistan, l’Azerbaïdjan et la Géorgie.

« La délégation afghane a estimée à 200 milliards de dollars les diverses ressources en pierres rares et en marbre, qui, selon elle, seraient importantes pour renforcer et étendre le commerce avec Achgabat, compte tenu de la demande en particulier du Turkménistan », selon le communiqué du ministère afghan. Rashid Meredow a déclaré lors de la réunion que le Turkménistan était fermement engagé à soutenir le processus de paix afghan et à élargir les relations économiques bilatérales.

Un mémorandum d’accord (MoU) sur les accords de coopération et les contrats pour les grands projets de transport et d’investissement a été signé entre les responsables afghans et turkmènes. Les ministres ont également discuté de l’importance de la mise en œuvre du projet ferroviaire Torghundi-Herat.

Les délégations des deux pays ont eu des discussions approfondies sur la promotion de la paix, l’élargissement de la coopération sur le commerce, le transit, l’exploitation minière et l’accélération des projets d’infrastructure et d’énergie.

Plus tôt cette année, le président afghan Mohammad Ashraf Ghani a déclaré à son homologue turkmène Gurbanguly Berdimuhamedow que les pôle de connexion  régionale et les projets à grande échelle « transformeront les conditions de vie du peuple afghan pour le mieux et amélioreront la situation dans toute la région ».

Cette déclaration a été faite à la mi-janvier lorsque des responsables d’Achgabat et de Kaboul ont lancé une série de projets d’infrastructure pour relier l’Afghanistan enclavé à des marchés éloignés.

Les deux pays ont lancé un tronçon ferroviaire de 30 km qui relie les villes frontalières afghanes d’Aqina et d’Andkhoy. Il est censé faire partie du corridor de commerce et de transport de 400 km reliant le Tadjikistan, l’Afghanistan et le Turkménistan. En outre, la ligne ferroviaire pourrait être prolongée jusqu’à la frontière avec le Kirghizistan, avec un accès supplémentaire aux États de la région Asie-Pacifique. Les autres projets lancés en janvier comprenaient une ligne électrique et une ligne de câble optique.

La ligne électrique de 153 km reliera la ville de Kerki au Turkménistan à Sheberghan en Afghanistan et fournira de l’électricité à Andkhoy et Mazar-e-Sharif dans le nord de l’Afghanistan. La ligne de câble optique, à son tour, reliera les villes turkmènes d’Ymamnazar et de Serhetabat à Aqina et Torghundi en Afghanistan.

L’année dernière, des responsables du Turkménistan et de l’Afghanistan ont signé un protocole d’accord pour accélérer la construction d’un projet connu sous le nom de TAPI. Le gazoduc de près de 2 000 kilomètres devrait fournir environ 33 milliards de mètres cubes (bcm) de gaz par an à partir du champ gazier géant de Galkynysh au Turkménistan. Cinq milliards de m3 sur l’ensemble du volume seront absorbés par l’Afghanistan, tandis que le Pakistan et l’Inde recevront 14 milliards de m3 chacun. Des responsables à Achgabat et à Kaboul ont déclaré que le TAPI serait inauguré en août 2021.